Compagnie

Créée en 2001, la compagnie « L’instant d’un espace » cherche sans cesse depuis lors à exprimer cet ici et maintenant si spécifiquement lié au théâtre, et qui nous permet de poser un regard poétique et critique sur le monde. Cette volonté a guidé le choix des textes auxquels nous nous sommes confrontés et que nous avons cherché à incarner. Du regard subtil de Dario Fo (Couple ouvert à deux battants, 2001) à la langue acerbe de Mayenburg qui, avec un humour féroce, propose un portrait de nos relations humaines dans L’enfant froid (2008), en passant par la richesse noueuse de la langue dostoïevskienne (Le rêve d’un homme ridicule, 2004) et la douceur de Loleh Bellon (De si tendres liens, 2006), nous avons cherché à développer un univers riche de sens, entre le rire et le rêve. Avec Digital Dahlia, la compagnie prend une nouvelle direction artistique, s’engageant cette fois sur les chemins de la création autour du thème controversé de la folie et de ses liens avec la normalité.

« L’instant d’un espace » vagabonde ainsi au gré des projets entre La Maison de Quartier de la Jonction à Genève et le Théâtre des Trois P’tits Tours à Morges qui ont au fil des saisons renouvelé leur soutien à ses divers projets. Et puis « L’instant d’un espace » c’est surtout la force vive de ses membres qui, avec un désir ardent, prennent toujours le risque d’aller un peu plus loin.

Membres de L’Association : Nicole Brzak, Eléonore Junod, Daniel Kramer, Kathinka Salzmann, Vanessa Merminod, Manuel Sigrist, Renaud Hirsch, Sylvie Mercier, Jérôme Balzano, Thomas Gremaud, Saskia Salzmann, Nalini Menamkat, Katia Schwerzmann, Gilles Noble.